L'immobilier ou la bourse?

Les investisseurs qui investissent tous leurs pécules à la bourse doivent avoir le vertige depuis quelques semaines. Une journée, les bourses mondiales plongent de 2 ou 3 % suite à la diffusion d'un communiqué sur l'économie chinoise. Le lendemain un autre indicateur économique les fait remonter  de 3%, et ça continue comme ça depuis des jours.

Ça prend des nerfs d'acier ou bien un exil dans la forêt congolaise pour ne pas ressentir un fort ressentiment d’impuissance face à ces montées et descentes. D'autres, comme moi, ne s'en font pas trop avec ça...

Dans la vie, il faut parfois prendre des risques calculés, sans
que ça ne nous explose en plein visage!

Diversifier ses investissements

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas écrit: moi aussi j'ai investi dans des fonds de placement! Pour le moment, la proportion de mes avoirs dans ces fonds est BEAUCOUP plus faible que la portion immobilière. J'ai cependant récemment donné un grand coup pour me diversifier un peu plus loin de l'immobilier.

Dernièrement, j'ai lu dans un populaire livre sur l'immobilier, d'un auteur québécois que j'aime bien, dans l'une des premières lignes de son bouquin, qu'il n'était pas possible d'utiliser l'effet de levier pour investir à la bourse. Eh bien, cet auteur n'a pas raison sur ce sujet! Il est même possible de le faire sans faire aucun apport personnel.

En effet, en juin, j'ai pris un prêt-investissement de 100,000$ pour l'investir entièrement dans des fonds de placement via une firme-conseil en investissement. Oui, c'est risqué. Un peu. Peut-être beaucoup. Pourquoi? Parce que c'est un prêt que je dois rembourser! Je ne rembourse que les intérêts cependant, à tous les mois. Le taux d'intérêt est assez faible, soit 3%. La majorité de ces intérêts seront déductibles d'impôts, ce qui va ramener le taux réel autour de 2.2 à 2.4%.

Depuis juin, bien que la valeur fluctue au quotidien, et malgré l'impressionnant up-and-down des deux dernières semaines, la valeur du placement est de plus de 104,000$ en ce début septembre.

Cette stratégie est risquée et je ne la recommande pas à quelqu'un qui n'est pas appuyé par un conseiller indépendant reconnu. 

J'entends déjà certains me dire que je serai dans le pétrin si la banque rappelle mon prêt, le jour où la valeur de l'investissement s'effondrera de 20% et deviendra "sous l'eau". Et bien non, ce n'est pas possible, j'ai choisi l'option "sans rappel de marge", donc sans rappel possible du prêt. Même si la valeur du placement tombe plus bas que le solde du prêt.

Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier

J'adore l'immobilier. C'est une passion. Je persiste à croire que c'est une stratégie gagnante sur le long terme. Mais je ne veux pas tous mettre mes oeufs dans le même panier.

Avec ce prêt-investissement, je fais un test. J'utilise l'effet de levier extrême. Je n'ai pas mis un centime de ma poche pour ce placement de 100,000$. Je peux gagner beaucoup sur le long terme, comme je peux perdre beaucoup sur le court terme. J'ai des revenus professionnels qui me permettent de prendre ce risque cependant.

Voici la suite de ce texte 12 mois plus tard: L'immobilier ou la bourse: où en suis-je 12 mois plus tard?

Comment diversifiez-vous vos investissements?

Commentaires

  1. Jouer à la bourse sur une marge c'est beaucoup risqué, même si c'est des fonds commun de placements. Si tes investissements sur marge baisse de exemple 10% et que ça prend un an et demi avant que le marché récupère, pour revenir au point de départ, tu as à subir le stress de tes choix pendant tout ce temps. Mais oui, une diversification en immobilier, fonds commun, obligations, or, métaux avec livraison physiques ou non est une bonne stratégie. Mais personnelement s'endetter pour gambler à la bourse, surtout avec des marchés de plus en plus volatile des dernières années, c'est quelque chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne serais absolument pas contrarié par une baisse de 10%, même pendant un an. C'est un investissement que j'ai pas l'intention de vendre avant très très longtemps.
      Comme mon conseiller le disait, ce genre de produit s'adresse à même pas 2% de la population. La plupart serait trop stressé en cas de baisse.

      Supprimer
    2. S'il fait affaire avec une firme sérieuse, et qu'il investit à long terme, ce n'est pas "jouer à la bourse", c'est un investissement.

      Supprimer
    3. J'ai commence a investir dans la bourse il y a deux ans et j'ai vite compris qu'on peut perdre plus que 10% meme avec les investissements diversifies... Juste quelques exemples d'exemple de 1-year returns:

      Canada (EWC) -15%
      Lat.America (ILF) -23%
      China (FXI) -36%

      Malgre les pertes (terribles) je reste toujours passionnee et optimiste mais avant que je me prouve d'etre capable de generer des profits a long terme, je ne vais pas utiliser la marge.

      Supprimer
  2. Très intéressant, comme article sur la diversification, je suis également passionné par la bourse et l'immobilier. Les titres boursiers sont beaucoup plus liquides qu'un immeuble, ce qui est intéressant. Pour le long terme, c'est un très bon véhicule d'investissement. La bourse est moins risqué, si nous savons dans ce qu'on investit. I

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, l'article est très intéressant, même si personnellement l'immobilier m'attire plus, je trouve cela plus concret.

      Supprimer
  3. C'est une très bonne idée de diversifier son portefeuille, d'avoir des actifs boursiers et immobilier.

    Par contre, même si c'est un fonds (donc plusieurs titres), il reste que l'ensemble de tes avoirs boursiers est placé dans un seul produit, chez une seule institution.

    C'est ce qui m'empêcherait de dormir, plus que les fluctuations des marchés.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Steve,
    Juste faire attention avec ta remarque que les intérêts sur ton prêt sont déductibles d'impôts. Si tes fonds de placement ne procurent qu'un gain en capital, tu risques d'avoir une mauvaise surprise sur ton rapport d'impôts ! Pour que les intérêts soient déductibles, il faut que ton investissement te dégagent un revenu (dividendes, loyer, etc.) ! Plusieurs jugements ont été rendus à ce sujet.... Donc faire attention et/ou être bien conseillé !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, tout à fait. C'est pour ça que j'ai pris soin de ne pas écrire que "les intérêts sont déductibles". J'ai écrit "La MAJORITÉ de ces intérêts seront déductibles d'impôts". Mon conseiller m'a bien expliqué ça. Ça dépend de la structure des fonds. Merci de rappeler ça au lecteur.

    RépondreSupprimer
  6. Moi je me tiens loin des conseillers. Ils chargent en moyenne de 2 à 3% par année pour te vendre un index fund que tu peux acheter toi même pour souvent seulement 0.1%. As tu déjà fait un spread sheet sur 20 ans avec un gain de 5% au lieu de 7.5%. C'est vraiment payant de s'instruire sur le sujet. De mon côté j'investis sur marge avec IB. ils chargent 2% pour 140k et moins et seulement 1.5% après.

    RépondreSupprimer
  7. D'accord pour l'investissement diversifié et pour le commentaire de Martin Racicot, je ne vois pas l'intérêt avec les produits indiciels offers par Ishare et Vanguard (sinon pour les petits épargnants qui place un petit montant à chaque paye). Il faut choisir des fonds à dividende ou investir dans des compagnies bien établies qui sont leader dans leur domaine et qui versent de généreux dividendes. Visé les compagnie canadiennes car il y a déjà un credit d'impôt sur les dividendes qu'elles versent. Un 100$K investit dans les Banques Royale, TD, dans BCE, Suncor, CGI, Couche-Tard, Loblaws, Canadian Tire, CP et Fortis (et si on a pas d'immeuble, on ajoute du Cominar ou du RioCan) metton versera pas mal de dividende en étant somme toute assez sécuritaire. Il faut toujours réinvestir son dividende par contre, toujours ! Et on peut réhypothéquer sa maison au pire pour avoir l'argent pour investir et exercer un effet de levier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voudrais préciser que je voulais dire que je suis d'accord avec le commentaire de Martin Racicot, il faut privilégier les fonds indiciels plutôt que de s'acheter des fonds mutuels dispendieux en frais de gestion, j'ai juste mal fini ma phrase... désolé.

      Supprimer
    2. Pour elaborer la reponse de l'anonyme en haut, les investissements dans REIT (Real Estate Investment Trusts) restent une excellente option pour ceux qui voient le potentiel de l'immobilier mais ne veulent pas gerer les locataires.
      Cominar (CUF.UN) rapporte actuellement 8.5% de dividende (pas mal!) et RioCan (REI.UN) presque 5%.

      Supprimer
  8. J'aimerais preciser que les courtiers en bourse offrent egalement un effet de levier via des comptes a marge. Les effets de levier dans le marche du forex montent jusqu'a 500/1, ce qui est largement superieur a ce que vous pouvez obtenir sur n'importe quel autre marcher. Le risque est tres eleve, mais affirmer, comme l'auteur que vous citez, qu'il est impossible d'utiliser l'effet de levier a la bourse est un bon signe que l'auteur en question n'y connait rien au marche boursier.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Voici la marche à suivre pour publier votre commentaire:

1) Écrire votre commentaire dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Sélectionner le profil, sélectionner Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Merci de votre commentaire!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...