Une mentalité de né-pour-un-petit-pain


Manger au restaurant une seule fois par semaine plutôt que trois fois. Diminuer le nombre de cafés achetés chez Starbucks par semaine. Courir les coupons et faire le tour de toutes les épiceries pour sauver 8$ par semaine. Voilà le genre d'astuces proposés par beaucoup de conseillers financiers pour vous enrichir plus rapidement.

Je trouve qu'avec ce genre de textes et de conseils ne portant que sur le volet "dépense", c'est d'encourager les gens à penser avec une mentalité de né-pour-un-petit-pain. Ce n'est tellement pas le genre de vie auquel j'aspire. Comme diraient les jeunes: YOLO (You only live once). Moi, couper le nombre de restaurants pour avoir plus d'argent dans 30 ans, non merci. Se priver maintenant pour vivre mieux à la retraite...

Attention, je ne dis pas qu'il n'y a rien de bon dans ce que ces conseillers disent, loin de là l'idée de mon texte. Il faut évidemment surveiller ses dépenses pour ne pas jeter son argent à l'eau. Mais...

Né pour un petit pain?

Né pour un petit pain ?

Je me rappelle d'un cas vécu avec un ami il y a quelques années. Je n'invente rien dans cette histoire: Appelons-le Maxime. Maxime avait environ 25 ans, seulement un secondaire 5 en poche, un emploi à 10$/heure, qu'il détestait. Un travail de nuit en plus. Je l'ai entendu se plaindre de son malheur et de son travail pendant près de 3 ans. Imaginez! Maxime revenait chez lui et écoutait des films. À C.H.A.Q.U.E jour. Maxime ne pouvait se permettre aucun luxe, aucun voyage, aucun week-end de luxe. Trop pauvre. Pas assez de revenus. Il gérait donc ses dépenses.

Un jour, j'en ai eu marre de l'entendre se plaindre. Je l'assoie presque de force devant le site d'Emploi-Québec, c'est moi qui tape des mots-clés pour lui trouver des emplois disponibles, plus payants, de jour. Je vous jure sur la tête de ma mère... le premier qu'on a trouvé, il a appliqué sur le poste, il a eu le job. À 15$ de l'heure, de jour, à côté de chez lui, un job qu'il adorait, où il est devenu coordonnateur rapidement.

Si je n'avais pas fait ça pour lui, je crois qu'il serait encore à ce job de nuit qu'il détestait. Une augmentation de salaire brut de 50%. Ce n'est pas rien quand on ne gagne pas beaucoup! Et c'était pourtant si simple à faire comme move...

Mettre l'emphase sur l'augmentation des revenus plutôt que sur la gestion des dépenses

Je persiste à croire que c'est de manquer de vision ou d'ambition que de mettre l'emphase principalement sur la gestion des dépenses, plutôt que sur la génération de revenus. Je suis persuadé que pour beaucoup de personnes sur le marché du travail, si elles consacreraient la même énergie et le même temps à générer plus de revenus, ou de nouveaux revenus, ce serait encore plus bénéfique que de couper dans le gras ou dans les plaisirs de la vie.

L'immobilier est un de ces outils qui permet à court, moyen et long terme, de générer plus de revenus et même de devenir indépendant financièrement à terme. "Oui mais Steve, je n'ai pas d'argent pour débuter en immobilier!", me dites-vous?

Commencez par augmenter vos revenus à court terme. Pouvez-vous changer d'emploi pour gagner plus cher? Pouvez-vous faire une formation qui va vous propulser plus loin chez votre employeur actuel? Pouvez-vous démarrer un side-line pour générer quelques milliers de dollars de plus par année? Pouvez-vous prendre un coaching qui vous montrera comment démarrer en immobilier avec peu de moyens financiers?

Augmenter ses revenus avec un side-line?

C'est tellement facile de nos jours d'avoir un side-line! Par exemple démarrer une petite entreprise de vente de produits sur Internet. Plutôt que de passer des dizaines d'heures par semaine devant la TV, cherchez sur Google comment démarrer un site web, une boutique en ligne, comment faire de l'affiliation avec Amazon, comment générer des revenus avec la publicité Google Adsense. Il y a des vidéos sur YouTube pour tout ça.

Quand vous aurez augmenté vos revenus, n'allez pas vous acheter une Porsche, achetez-vous un petit immeuble à revenus, idéalement comme proprio-occupant pour commencer. Un pas à la fois vous mènera loin.

Les esprits tordus comprendront tout croche cet article. Le texte ne dit pas de vivre de façon outrageusement luxueuse en se foutant des dépenses. L'esprit du message est de vous encourager à faire un effort pour augmenter vos revenus plutôt que de ne regarder que du côté des dépenses, qui pour beaucoup, sont malheureusement déjà incompressibles. Mettez 80% de votre énergie sur les revenus et seulement 20% sur la saine gestion de vos dépenses.

À ÉCOUTER! Plusieurs personnes vivent avec le complexe du "né pour un petit pain". Voici un reportage qui va vous décomplexer: "Nés pour un petit pain?"

Commentaires

  1. Tout à fait d'accord! Je commence un micro programme en gestion immobilière à distance. Je travaille comme enseignante. J'ai 2 enfants d'âge scolaire. Les 18 crédits de plus me donneront 2 échelons de plus dans l'échelle salariale. J'ai acheté mes immeubles en payant rapidement ma maison. Je ne me suis jamais privé, mais j'ai toujours apprécié acheter de l'usagé (meubles, vêtements, outils...). Je voyage à chaque été avec toute ma famille. Notre dynamisme fait que nous sommes indépendants financièrement aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un micro programme en gestion immobilière... Pourriez vous nous en dire plus car cela pique ma curiosité :)

      Supprimer
    2. moi aussi j,aimerais connaître ce programme si possible, merci d,avance

      Supprimer
  2. Si a la fin tu parles bien des autos, c'est une Porsche, pas porche... ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Pendant 2 ans j'étais comme tu le dit sur le moindre sous économisé,

    Puis j'ai commencé à dépenser différemment, notamment grâce à de l'achat revente,
    Aujourd'hui, j'ai l'impression que plus je dépense (intelligemment bien sur) et plus je m'enrichis.
    Et c'est bien plus agréable de vivre comme cela,
    Aujourd'hui à 24 ans j'ai pu quitter mon travail, et je gagne même plus que quand je travailler.
    Si cela peu en rassuré certain

    RépondreSupprimer
  4. Je suis 100% d'accord avec toi la-dessus. C'est mieux gagner plus que dépenser moins. Sauf qu'en même temps, souvent quand on regarde nos dépenses, on se rend compte qu'il y en a beaucoup qui partent pour des choses inutiles, genre un Starbuck à 8$... Personnellement, je préféré que ce 8$ serve à ma business ou à mon "empire" immobilier, qu'à enrichir le proprio du Starbuck.

    RépondreSupprimer
  5. Même si nous n'en sommes pas toujours conscients, nous vivons sans doute l'une des périodes les plus prospères de l'histoire. Peu de maladies ou de malnutrition, stabilité politique, ordre social, protection des travailleurs, relations pacifiques entre les pays développés, etc.

    C'est vrai qu'on a par contre tendance à vivre dans une impression de rareté.

    Peut-être à cause d'un parent ou d'un voisin qui tirait toujours le diable par la queue même en travaillant beaucoup, nous répétant sans cesse qu'il faut gagner sa croûte, que l'argent ne pousse pas dans les arbres, etc.

    Il est vrai qu'à une certaine époque, à moins de venir d'une famille aisée, il était difficile d'avoir accès à une éducation de qualité et pratiquement impensable de démarrer une entreprise, donc beaucoup étaient contents d'un emploi d'ouvrier.

    De plus, notre héritage catholique semble vénérer la pauvreté, la chasteté, l'obéissance... comme si la réussite rendait les gens mauvais. On entend régulièrement des gens dire qu'ils préfèrent gagner moins pour passer du temps de qualité en famille. Ou encore que ça ne vaut pas la peine d'obtenir une promotion car ils vont le payer en impôts de toute façon...

    Il y a effectivement une limite à la réduction de nos frais de subsistance, alors que l'augmentation de nos revenus est pratiquement illimitée (tant qu'on fait les démarches pour).

    Bien que le déclic ne se fera sans doute pas soudainement, la lecture d'articles comme celui-ci devrait à la longue corriger nos scripts erronés et nous faire voir les perspectives qui s'offrent à nous.

    RépondreSupprimer
  6. Depuis environ 15 ans je vis un peu comme le Québécois "loser" que tu décris : je ne dépense pas pour rien et je ne vais pas au resto (ma santé m'en remercie). En contre partie je "pile" beaucoup d'argent avec un revenue de la classe moyenne. Cette façon de vivre me permet de prendre 10 semaines de vacance par année (2 voyages/an) et de travailler seulement 25 heures semaines tout en accumulant un actif de plusieurs centaines de millier de $. Comment je fais : en coupant mes dépenses au maximum (loyer pas cher,voiture pas cher etc.) j'ai un train de vie qui ne coûte pas cher et j'accumule beaucoup d'économie ce qui me donne en retour beaucoup de liberté pour ne pas avoir de vrai job 40 heures semaines. Je travail en techno comme consultant. Quand on dit qu'un avantage en amène un autre.

    Je suis d'accord avec toi pour dire qu'il faut aussi trouver des moyens de faire des revenues passif, mais c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire! Et je trouve beaucoup plus difficile d'investir de l'argent que d'accumuler de l'argent (c'est un beau problème pour moi). Investir en immobilier est selon moi très difficile à cet époque étant donné le prix des immeubles par rapport au revenue. Et il faut ajouter à cela que ça prends des connaissances et des habiletés pour réussir donc c'est vraiment pas pour tout le monde.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Voici la marche à suivre pour publier votre commentaire:

1) Écrire votre commentaire dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Sélectionner le profil, sélectionner Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après Nom
4) Cliquer sur Publier commentaire

Merci de votre commentaire!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...